Qu’est-ce que le FTTP et quelles différences avec le FTTH ?

Le FTTP (Fibre to the Premises) est une architecture de réseau d’accès qui consiste à déployer la fibre sur l’ensemble du réseau : du Central Optique jusqu’à l’abonné. Selon la configuration terrain, la fibre optique ressort d’un NRO (Nœud de Raccordement Optique) et peut traverser un SRO (Sous-Répartiteur Optique) avant d’arriver à l’intérieur du logement ou local abonné. Comme la terminaison optique est réalisée chez l’abonné, le FTTP est similaire au FTTH. Grâce à ces deux architectures de réseau, les opérateurs télécoms peuvent assurer les meilleures vitesses et les plus faibles latences pour les services proposés.

L’acronyme FTTP est souvent utilisé de manière interchangeable avec le FTTH. Cependant, le terme FTTP est préféré au FTTH dans certains pays tels que le Royaume-Uni, le Canada ou l’Australie. Contrairement au FTTH qui est associé aux raccordements fibre des logements individuels ou collectifs, le FTTP est utilisé par les principaux acteurs télécoms de ces territoires pour désigner aussi bien un raccordement optique réalisé dans un logement qu’une installation fibre dans des locaux professionnels (points de vente, bureaux commerciaux, etc.).

les réseaux FTTP peuvent être déployés à l'aide d'une fibre optique dédiée ou d'une fibre partagée

Tout comme pour le FTTH, les infrastructures FTTP sont déployées selon deux configurations possibles :

 

  • Un réseau à fibre dédiée (P2P) : Ce type de réseau, reproduisant le modèle de la boucle locale téléphonique cuivre, offre les plus hautes performances en termes de vitesse, capacité de transfert de données et, surtout, de sécurité. En effet, étant donné que le FTTP est déployé aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises, la sécurité des données est un critère essentiel à considérer lors de l’installation du réseau. La topologie point-à-point est alors à privilégier car elle n’implique pas un partage du signal optique. Toutefois, ce type d’installation requiert des coûts plus élevés de déploiement, liés surtout aux nombres plus importants de fibres ainsi qu’aux travaux de génie civil.

     

    Ce modèle de déploiement a été choisi par British Telecom au Royaume-Uni. L’opérateur télécoms britannique propose un raccordement abonné via une ligne optique dédiée, amenée directement du Central Optique.
  •  

  • Un réseau fibre optique partagé (P2MP) : Dans le cas d’un réseau FTTP partagé, les particuliers ou les entreprises peuvent bénéficier, en plus des coûts plus avantageux de déploiement, de performances semblables ou égales à celles des réseaux basés sur le modèle d’une fibre dédiée. En effet, lorsque l’usage d’Internet est limité au courrier électronique, un streaming réduit ou une navigation Web, le réseau partagé (point à multipoint) est un choix pertinent. Ainsi, ce type de raccordement fibre permettra de satisfaire l’ensemble des besoins en connectivité pour un investissement réduit.

Quel/s avantages et inconvénients pour déployer des réseaux FTTP ?

 

À l’instar du FTTH, le FTTP permet de réduire le CAPEX et l’OPEX, car un seul câble fibre optique permet de remplacer plusieurs câbles cuivre. De plus, comme la fibre optique peut être déployée fiablement sur des distances plus longues que le cuivre, le nombre de sous-répartiteurs serait ainsi réduit considérablement et, par conséquence, le temps d’intervention des techniciens télécoms sur le terrain optimisé tant lors de l’installation du réseau que pendant les opérations de maintenance. De plus, en assurant les derniers mètres jusqu’à l’abonné grâce à des solutions fibre, les réseaux FTTP et le FTTH présentent des différences majeures en rapport avec les autres types de réseaux tels que le FTTC (Fibre to the Cabinet) ou HFC (Hybride Fibre Coaxial) :

Avantages

Inconvénients

  • Vitesse : la fibre optique permet des connexions Internet beaucoup plus rapides que celles établies avec un réseau cuivre, pouvant atteindre jusqu’à 100Gps. Selon une étude internationale, les ralentissements des connexions Internet coûterait, en moyenne, une semaine de travail par an aux entreprises.
  •  

  • Puissance du signal : La fibre optique présente des performances inégalables en termes d’affaiblissement d’insertion. À titre d’exemple, sur une distance de 100 mètres, un câble fibre va perdre seulement 3% de sa force de signal, alors qu’un câble cuivre sera affaibli jusqu’à 94% de sa force de signal.
  •  

  • Accès au cloud : Avec la montée en puissance du télétravail, les abonnés éprouvent un besoin grandissant d’accéder à des nombreuses applications et données stockées dans le cloud. Un raccordement fibre via un réseau FTTP répondra à ces besoins et permettra aux abonnés de continuer à bénéficier des avantages du travail collaboratif depuis chez eux.
  •  

  • Fiabilité : À la maison comme en entreprise, nombreuses sont les situations qui exigent une stabilité des services Internet : visioconférences, vidéo haute définition, formation en ligne, services de téléphonie via IP ou partage des fichiers – toutes ces utilisations sont possibles grâce à des réseaux de télécommunications fiables.
  •  

  • Faibles latences : la latence est le temps nécessaire pour que les données ciblées/recherchées deviennent disponibles. Étant donné que la latence liée à l’utilisation de la fibre optique est quasi-nulle, un réseau FTTP ou FTTH offrira les plus faibles latences et donc, des communications plus efficaces.
  •  

  • Symétrie dans le transfert des données : Contrairement au DSL - basé sur un principe d’asymétrie dans le transfert des données-, la fibre permet d’envoyer et télécharger des données de manière symétrique.
  •  

  • Résistance à l’interférence : à la différence des câbles cuivre qui sont sensibles aux interférences électromagnétiques, les systèmes de câblage fibre optique sont insensibles aux interférences. Dans un environnement où la présence de machines industrielles ou autres éléments pouvant interférer avec les câbles cuivre, un réseau FTTP ou FTTH présentera la meilleure stabilité possible.
  •  

  • Durabilité : les câbles fibre optiques sont des investissements à long terme, car ils présentent une durée de vie bien plus élevée que les câbles cuivre ou coaxiaux. Dans des conditions optimales d’installation et d’utilisation, la durée de vie d’un câble fibre optique est environ 10 fois plus étendue que celle d’un câble alternatif.

  • Investissement financier plus important dans l’installation de l’infrastructure sur les derniers mètres du réseau et notamment pour le raccordement fibre abonné.
  •  

     

     

     

     

  • Des forfaits mensuels potentiellement plus élevés en comparaison avec ceux associés aux services d’Internet via DSL ou via câbles coaxiaux
  •  

     

     

     

     

     

  • Accès à un nombre limité de fournisseurs de services, selon la position géographique
  •  

     

     

 

Réaliser un raccordement immeuble : du point de distribution optique à la prise optique

 

le raccordement fibre en immeuble nécessite l'utilisation d'une variété de boîtiers FO et des câbles optiques

Si le déploiement d’un réseau FTTP est plus évident en logement individuel, car les installateurs télécoms ne manquent pas d’espace pour amener la fibre optique chez l’abonné en configuration aérienne ou souterraine, le déploiement FTTP en immeuble est un scénario plus complexe. En effet, pour amener une fibre dédiée à chaque abonné d’un immeuble, plusieurs solutions de connectivité sont nécessaires. Pour les immeubles à quelques étages, situés dans des zones peu denses, le réseau FTTP peut être prolongé en partant d’un Point de Distribution Optique installé en haut d’un poteau via un câble optique aérien jusqu’au Point de Mutualisation Immeuble (PMI). À l’intérieur du PMI, le câble de distribution optique extérieur est raccordé à un câble colonne montante contenant un multiple de 12 fibres optiques et allant jusqu’à un maximum de 144 fibres comme propose par exemple le Riser Eline®. À chaque étage, le nombre nécessaires de fibres optiques sera extrait du câble colonne montante ; puis chaque fibre sera raccordée à l’intérieur d’un Point de Branchement Immeuble (PBI) à un câble optique intérieur, à l’aide d’une soudure ou d’un connecteur. Le câble fibre optique intérieur acheminera par la suite le signal optique jusqu’à l’intérieur du logement ou local abonné. Enfin, la terminaison du réseau sera réalisée au niveau d’une prise optique que les installateurs télécoms placeront près de l’ONT abonné.

 

Pour les immeubles à plusieurs étages, dans des zones plus denses, le raccordement aux réseaux FTTP sera réalisé de la même manière, à quelques différences près. Ainsi, le Point de Distribution Optique se retrouvera alors dans une chambre télécoms. Le PBO sera relié à un PMI installé au sous-sol de l’immeuble par un câble optique souterrain, capable de résister aux contraintes mécanique associés à l’environnement d’installation.