Comprendre les infrastructures FTTH pour optimiser le raccordement abonné

Le FTTH est une architecture de réseau consistant à déployer la fibre optique d’un NRO (Nœud de Raccordement Optique) jusqu’au logement ou local commercial de l’abonné. Le NRO peut prendre la forme d’un bâtiment ou d’une armoire de rue et abrite l’équipement actif de l’opérateur. En amont, il est relié à un réseau plus important tel que le réseau urbain ou métropolitain et permet de desservir, en aval, un quartier ou une zone résidentielle/ industrielle. En tant que point stratégique délimitant la boucle locale du réseau de distribution, le NRO se situe à proximité du NRA (Nœud de Raccordement Abonné cuivre) et à une distance optimale des abonnés à raccorder (au cœur d’un quartier, à l’entrée d’une zone résidentielle etc.). De ce NRO, la boucle locale ou le réseau d’accès se construit autour de trois segments différents :

 

la fibre optique jusqu'à l'abonné assure les meilleurs débits Internet et services très hauts débits

  • un réseau optique horizontal qui traverse les rues et s’arrête en pied d’immeuble, d’un logement individuel ou d’un local commercial. Sur le terrain, ce réseau est concrétisé par des câbles de branchement aériens ou souterrains et des boîtiers de distribution optiques tels que les PBO.
  •  

  • un réseau optique vertical s’appliquant aux déploiements en immeubles. Ce segment de réseau est représenté par un câble colonne montante permettant de transporter le signal optique disponible en bas de l’immeuble à tous les étages afin de raccorder par la suite jusqu’à 144 abonnés.
  •  

  • le raccordement final. Ce dernier segment est constitué des câbles de branchement intérieurs reliant, selon la configuration de réseau, un PBI à une PTO installée chez l’abonné ou un boîtier optique tel que le BTI fibre à la prise fibre optique.

 

Le FTTH se distingue ainsi parmi les autres architectures de réseaux FTTx car, pour ce type de déploiement, la fibre optique est la seule technologie implémentée sur l’ensemble du réseau. En éliminant le mix entre les différentes solutions technologiques, les opérateurs télécoms sont en mesure d’assurer des réseaux plus stables et fiables, offrant de meilleures vitesses de connexion.

PON et Ethernet : deux configurations réseau pour le branchement fibre abonné

 

A travers le monde, deux différentes configurations de réseau permettent de déployer la fibre jusqu’à l’abonné : le PON et l’Ethernet.

 

  • Dans le cas de la technologie PON, les câbles optiques sortants d’un NRO sont acheminés jusqu’à un sous-répartiteur situé à proximité des logements à raccorder et concrétisé généralement par une armoire de rue. Au niveau de ce sous-répartiteur optique, un coupleur permet ensuite de partager la bande passante transportée contenu dans une seule fibre entre 64 ou 128 abonnés à raccorder. Ainsi, une seule interface PON sera disponible pour l’ensemble des logements à brancher à la fibre. Cette configuration est également connue sous le nom de Point à Multipoint (P2MP) et est largement adoptée par les installateurs en raison de son ratio coût/bénéfice intéressant. Aussi, l’emplacement du coupleur joue un rôle majeur pour l’optimisation du réseau PON, car il détermine les besoins en matériel à installer et notamment en fibre et boîtiers de distribution optique.
  •  

  • Dans le cas d’une configuration Ethernet, la fibre partant du NRO est acheminée jusqu’au logement ou local de l’abonné. Ce type de réseau est également connu en tant que Point à Point (P2P). Il permet de déployer un réseau FTTH de façon directe, linaire et simplifiée. Le plus grand avantage de cette configuration est qu’un réseau Ethernet permet aux opérateurs ou aux FAI de garantir les vitesses de connexion les plus élevées, car la bande passante est dirigée du nœud de raccordement optique directement chez l’abonné. En revanche, le réseau Ethernet implique des besoins plus importants en fibre optique.

la fibre optique peut être déployée jusqu'à l'abonné en utilisant la technologie PON ou Ethernet

PBO, BTI fibre, prise fibre optique : adapter l’équipement à la configuration réseau

 

Dans la réussite d’un déploiement FTTH, plusieurs facteurs peuvent intervenir. Par exemple, une infrastructure de réseau d’accès peut être déployée à la fois dans un espace public et dans un espace privé. Ainsi, pour que les interventions sur le terrain puissent avoir lieu, des autorisations doivent être obtenues en amont. De plus, pour garantir un bon retour sur l’investissement, il est essentiel de sélectionner le matériel de réseau en accord avec votre configuration réseau. Le système de câblage, les boîtiers de distribution optique, tout doit correspondre aux besoins de votre installation. Voici les critères d’analyse qui pourront vous aider à mettre en perspective votre projet :

Aspect à considérer

Contrainte(s) associée(s)

Exemple de solutions FTTH

Zone dense / peu dense

En fonction du nombre d’abonnés à raccorder aux réseaux THD, différentes solutions FTTH se profilent.

  • Zone dense : PMI, PBI, LM1L, PTO pour les raccordements en immeuble
  •  

  • Zone peu dense : PBO T2 et T1 / PBO G, LM2 / LX030PU, DTIO, LM1L, PTO.
  •  

Immeuble / maison individuelle

Le nombre de fibres à prévoir dans les câbles de distribution et branchement mais également le nombre de câbles à accueillir dans les boîtiers optiques sont directement proportionnels à l’effectif des abonnés à raccorder.

  • Immeuble : PMI de lovage, câble colonne montante, PBI, LM1 / LM1L, PTO
  •  

  • Maison : PBO / PBO G, LX030PU, BTI fibre / DTIO, LM1L, PTO.
  •  

Construction en cours / récente / ancienne

Pour les constructions en cours et récentes, les déploiements FTTH se réalisent généralement via les infrastructures souterraines prévues à cet effet, tandis que pour les constructions anciennes il est courant de déployer la fibre optique en configuration aérienne. Aussi, le choix d’une solution de câblage optique va dépendre du niveau d’occupation des conduites et gaines disponibles.

  • Construction en cours ou récente : PBO G, LM2 / LM4 / LM7, BTI fibre, LM1L, PTO
  •  

  • Construction ancienne : PBO/PBO G, BTI fibre / DTIO, LM1L/ LM7, PTO.
  •  

Configuration aérienne / souterraine

Tant les câbles que les boîtiers fibre optique installés dans une de ces configurations doivent présenter des performances spécifiques. Pour un déploiement en aérien, le vent et les éventuelles charges additionnelles que le câble doit supporter tels que le givre ou la neige seront prises en compte, tandis que pour une installation en souterrain, il convient de choisir un matériel de réseau résistant à l’humidité.

  • Configuration aérienne : PBO PRECO/épissure T1 et/ou T2, LX030PU/LM4, boîtier de transition fibre optique/DTIO, LM1/LM1L, PTO
  •  

  • Configuration souterraine : PBO G, DTIO/boîtier de transition fibre optique, LM1 /LM1L, PTO.
  •  

Pays (spécificité du territoire, cadre règlementaire, usages etc.)

Certains territoires sont plus exposés que d’autres aux intempéries et conditions climatiques rudes. Dans les zones côtières par exemple, de forts vents peuvent influer sur la qualité du signal optique si le système de câblage n’est pas prévu pour une installation dans de telles conditions. En zone de montagne, des risques de chute de neige et de pierres ou la formation de givre sont autant des facteurs qui doivent être pris en compte lors de la sélection du matériel de réseau à installer pour le déploiement d’un réseau FTTH.

  • Zone côtière : LX030PU conçu spécialement pour offrir une bonne résistance au vent
  •  

  • Climat humide : ferrures et accessoires de fixation aérienne en acier inoxydable, résistants à la corrosion atmosphérique ; boîtiers de distribution optique étanches tels que les PBO ou le PBO G
  •  

  • Fortes températures : systèmes de câblage à gaine résistante aux UV tel que le LM4 (cyclage thermique -40°C à +70°C) ou le LX030PU (-20°C à +60°C) ; boîtiers fibre optique en thermoplastique haute performance tel que le PBO (température d’usage 40°C à 65°C)
  •