Choisir parmi les câbles optiques pour un déploiement FTTH souterrain

Dans les zones urbaines et les zones peu denses avec des logements récents, le raccordement d’abonnés aux réseaux fibre optique très haut débit se réalise en configuration souterraine. Plus esthétiques et moins soumises aux risques d’arrachement ou d’écrasement que les câbles aériens, les installations télécoms souterraines sont préférées par les abonnés. Néanmoins, le déploiement en souterrain comporte également certaines contraintes. Le risque d’inondation, l’humidité, l’endommagement des gaines par les rongeurs ou le tirage des câbles dans des conduites occupées sont autant de défis pour les installateurs télécoms. Le choix d’un câble optique adapté pour un déploiement FTTH en souterrain est une étape clé.

Quelle que soit l’architecture de votre réseau, dès lors qu’un câble optique est prévu pour une installation en souterrain, même si cela implique de faibles distances, il est important de vérifier s’il présente des éléments gonflants dans sa structure. Ainsi, par exemple, en cas d’inondation de la chambre télécoms, ces éléments préviennent la pénétration de l’humidité si la gaine du câble venait à s’endommager. Ensuite, le choix du câble se réalise en analysant la configuration de votre réseau et les contraintes associées. Pour vous aiguiller dans vos projets de déploiement souterrain, nous vous proposons une analyse centrée sur 3 cas de figure correspondant à 3 types de configurations rencontrées sur le terrain :

  1. Installation souterraine exclusivement : quel câble de branchement fibre optique ?
  2. Installation aéro-souterraine : quel câble de branchement fibre optique ?
  3. Installation souterro-façade : quel câble de branchement fibre optique ?

En traçant le chemin de câble, nous allons pouvoir mieux comprendre les contraintes auxquelles celui-ci sera soumis, évaluer les risques et faire ainsi un choix averti afin de garantir des déploiements fiables et durables.

solutions de câblage optique pour déploiements FTTH en souterrain

 

1. Installation souterraine exclusivement : quel câble de branchement fibre optique ?

 

En zone urbaine ou en périphérie, les immeubles avec plus de 8 logements sont généralement concernés par le déploiement FTTH souterrain. Les logements individuels récents en zone pavillonnaire sont également visés par ce type d’installation. En effet, pour la construction des maisons neuves, l’adduction des lignes de télécommunications a été prévue via des fourreaux installés en souterrain. Ainsi, en zone urbaine, le branchement au réseau très haut débit s’effectue en partant d’une chambre télécoms située dans l’espace public (sous un trottoir, la chaussée ou un espace vert). Le câble optique est acheminé dans un fourreau jusqu’à l’entrée de l’immeuble ou, dans certains cas, jusqu’au logement de l’abonné si le câble optique souterrain le permet, car conçu avec une double gaine comme le Droptic® LM3 ou le LM4.

Pour le raccordement FTTH des immeubles récents, le signal optique peut être amené dans la pièce où l’abonné fait installer sa PTO via un câble de branchement optique intérieur relié à un DTIo (Dispositif de Terminaison Interieur optique). Ensuite, à partir de ce DTIo, un câble optique chambre télécom peut être cheminé dans un fourreau prévu pour communiquer avec un PDO (Point de Démarcation Optique). Le PDO peut être situé dans un regard installé en limite de la propriété de l’abonné. Selon la conception, le même câble branchement souterrain peut être alors utilisé pour relier via des fourreaux le regard de l’abonné avec une chambre FT, par exemple, et une chambre opérateur. Il convient de regarder ici si le fourreau à utiliser est déjà bien encombré afin de déterminer le diamètre maximal permis du câble à utiliser. Un autre aspect à prendre en considération est la compatibilité entre la construction du câble et la distance à parcourir pour réaliser son déploiement. Des câbles comme les Droptic® LM4 et les LM3 sont conçus pour une installation en conduite sur plusieurs centaines de mètres, tandis que des câbles de branchement comme les LM2 et les LM8 sont compatibles seulement avec un déploiement sur courtes distances allant jusqu’à 50 mètres.

Parmi les installations FTTH souterraines, on rencontre également la technique du déploiement réalisé à l’aide d’un câble optique enterré. Cette technique s’avère plus contraignante, car le câble est soumis à un risque d’arrachement lors des travaux sur la propriété de l’abonné ou au niveau de lotissements. Aussi, en cas d’endommagement d’un câble enterré, les tranchés doivent être refaites afin de réinstaller un nouveau câble. Il en résulte ainsi que les déploiements FTTH souterrains avec un câble installé en conduite offrent une meilleure durée de vie du câble, car celui-ci est mieux protégé contre l’environnement, l’abrasion, etc.

 

2. Installation aéro-souterraine : quel câble de branchement fibre optique ?

 

Ce cas apparaît lorsqu’une rue est équipée seulement d’un côté en fibre optique en configuration aérienne, mais que l’abonné que l’on veut raccorder se situe de l’autre côté de la rue et dispose d’une infrastructure souterraine allant jusqu’à la limite de sa propriété. Dans ce cas précis, tandis que les abonnés du côté de l’artère aérienne seront raccordés en configuration aéro-façade, le branchement des autres abonnés se fera en configuration aéro-souterraine. Cela signifie qu’à partir du poteau le plus proche de la maison de l’abonné, une descente de câble sera mise en place pour pouvoir cheminer ensuite le même câble dans des fourreaux jusqu’à l’abonné.

câble de branchement Droptic LM4 étanches avec une construction à double gaine

En dépit de la complexité apparente du chantier, ce type de projet peut être réalisé avec une seule référence de câble. Ainsi, pour des distances supérieures à 50 mètres en souterrain, les câbles Droptic® LM4 ou LM3 sont les mieux adaptés, alors que pour les distances courtes, inférieures à 50 mètres, les câbles LM2BK ou LM8BK conviennent aussi bien.

Le choix entre le LM4 et le LM3 dépend de la dimension du diamètre de câble souhaité. Le tri entre le LM2BK et le LM8BK dépend de l’utilisation que vous voulez en faire. Tandis que le LM2BK présente un seul module pour des capacités différentes de fibre (1FO, 2FO et 4FO), le LM8BK est construit avec deux fibres optiques dans deux modules séparés, permettant ainsi une gestion indépendante de la fibre.

Pour simplifier la gestion des références, réduire les coûts liés aux interventions des techniciens spécialistes en épissurage et par la même occasion, le risque de perte de signal ou réduction de budget optique dû aux épissures mal réalisées, les câbles multi-applications sont les meilleures solutions pour ce type de configuration.

Ainsi, les premiers mètres du câble optique sur façade seront protégés par une goulotte. Ensuite, à l’intérieur d’un DTIo, le technicien télécoms dégainera le LM4 en quelques secondes pour installer dans le logement de l’abonné un câble optique ignifugé Droptic® LM1L, développé pour prendre la forme des contours de portes, fenêtres ou plinthes. Dans le cas d’un câble LM3, l’installation peut également être réalisée sans discontinuité. Les seules différences majeures entre ces deux solutions de câblage FTTH : sont la taille du diamètre extérieur et le câble intérieur proposé. Ainsi, tandis que le LM4 est développé avec un diamètre extérieur de 4mm et propose un câble intérieur LM1L Ø 2,8mm, le LM3 présente un diamètre extérieur de 6mm et un câble ignifugé LM1 Ø 3,3mm. Le choix entre ces deux câbles pourra donc se faire en fonction des contraintes observées au niveau du rayon de courbure à respecter, de l’espace disponible pour le passage du câble en goulotte, etc.

 

3. Installation souterro-façade : quel câble de branchement fibre optique ?

 

Dans ce type de configuration, un câble optique est déployé en souterrain, en partant d’un SRO (sous-répartiteur optique) ou d’un boîtier d’épissure et allant jusqu’à un regard télécoms situé au pied de l’immeuble ou en limite de la propriété à raccorder. Comme l’infrastructure ne permet pas de continuer le cheminement en souterrain, ce câble peut être fusionné par épissurage avec un autre câble optique compatible avec la pose en façade (respect de rayon de courbure, résistance UV , etc.) ou déployé sans discontinuité sur façade et à l’intérieur, s’il est conçu pour plusieurs applications (conduite, façade, intérieur) tels que le LM4 ou le LM3.

Pour simplifier la gestion des références, réduire les coûts liés aux interventions des techniciens spécialistes en épissurage et par la même occasion, le risque de perte de signal ou réduction de budget optique dû aux épissures mal réalisées, les câbles multi-applications sont les meilleures solutions pour ce type de configuration.

Ainsi, les premiers mètres du câble optique sur façade seront protégés par une goulotte. Ensuite, à l’intérieur d’un DTIo, le technicien télécoms dégainera le LM4 en quelques secondes pour installer dans le logement de l’abonné un câble optique ignifugé Droptic® LM1L, développé pour prendre la forme des contours de portes, fenêtres ou plinthes. Dans le cas d’un câble LM3, l’installation peut également être réalisée sans discontinuité. Les seules différences majeures entre ces deux solutions de câblage FTTH : sont la taille du diamètre extérieur et le câble intérieur proposé. Ainsi, tandis que le LM4 est développé avec un diamètre extérieur de 4mm et propose un câble intérieur LM1L Ø 2,8mm, le LM3 présente un diamètre extérieur de 6mm et un câble ignifugé LM1 Ø 3,3mm. Le choix entre ces deux câbles pourra donc se faire en fonction des contraintes observées au niveau du rayon de courbure à respecter, de l’espace disponible pour le passage du câble en goulotte, etc.