Quel câble FTTH choisir entre chaque point d’une architecture FTTH ?

Pour raccorder les abonnés aux réseaux très hauts débits, les installateurs télécoms doivent composer et déployer des infrastructures fiables à l’aide de solutions FTTH variées. En effet, pour faire le lien entre les différents points de chaque architecture de réseau, que ça soit des réseaux locaux, des armoires de rue ou des boîtiers optiques, des câbles optiques spécifiques sont nécessaires. On distingue ainsi trois types de systèmes de câblage, installés aussi bien pour le raccordement FTTH des logements collectifs qu’individuels, en zone dense ou peu dense :

  • Câbles de transport optiques : ces systèmes de câblage sont utilisés pour relier le NRO au PM (Nœud de Raccordement Optique / Point de Mutualisation). Déployés sur des distances allant jusqu’à quelques kilomètres, en aérien ou souterrain, les câbles de transport optique présentent une construction robuste et des diamètres assez larges. Selon la densité de la zone à raccorder, la capacité en fibres optiques des câbles de transport est plus ou moins élevée. Généralement, pour des déploiements de réseau impliquant des équipements actifs, un câble de transport contient des centaines de fibres, tandis que les déploiements utilisant des équipements passifs, tels que les coupleurs, permettent l’utilisation des câbles de transport avec un nombre réduit des fibres optiques.
  •  

pour déployer des réseaux FTTH fiables plusieurs câbles optiques sont utilisés

  • Câbles optiques de distribution : ils sont utilisés pour raccorder le PM à un ou plusieurs PBO. Dans une configuration spécifique à une zone dense, les câbles de distribution optique permettent la ramification du réseau optique jusqu’au plus près des abonnés à raccorder. La terminaison des câbles de distribution FO se réalise ainsi en pied d’immeuble ou à quelques mètres de la maison à raccorder en fibre optique.

     

    Les câbles de distribution optique présentent des diamètres moyens et un nombre des fibres optiques directement proportionnel aux nombres des abonnés à raccorder. Ils sont déployés tant en configuration aérienne que souterraine.

     

    Pour les opérateurs et installateurs télécoms, un des enjeux des déploiements FTTH est de dimensionner correctement les segments Transport et Distribution afin de pouvoir, à terme et sans engager des nouveaux travaux, de raccorder en fibre optique l’ensemble des logements d’une zone donnée.
  •  

  • Câbles optiques de branchement : ces liens optiques sont aussi appelés « câbles individuels », car ils permettent de relier le PBO (Point de Branchement Optique) à la PTO ou la DTIO installée chez l’abonné. Les câbles de branchement sont déployés sur de courtes distances, présentent des diamètres réduits et permettent ainsi des installations simples et discrètes. Ils contiennent 1,2 ou 4 fibres optiques. Particulièrement flexibles, les câbles de branchement optiques sont installés en configuration aérienne, sur façade, en conduite ou encore en pose apparente, à l’intérieur des logements.

Le raccordement abonné : le système de câblage FTTH du PBO à la PTO

 

Le raccordement abonné final est une étape-clé dans le déploiement de tout réseau FTTH. En effet, grâce à ces derniers mètres du réseau, aussi appelés boucle locale optique, l’opérateur pourra garantir aux abonnés des performances supérieures aux réseaux FTTC (Fibre to the Curb ; Fibre jusqu’au trottoir) ou FTTB (Fibre to the Building ; Fibre jusqu’au bâtiment). Ainsi, pour déployer le raccordement abonné et selon la configuration de réseau, deux types de système de câblage doivent être implémentés :

  • Le câblage optique horizontal. Utilisés aussi bien pour le raccordement des logements individuels ou des immeubles, les câbles optiques horizontaux peuvent présenter différentes structures. En fonction de la topologie du réseau, le câblage optique horizontal doit répondre à différentes applications extérieures (configuration aérienne ou souterraine, pose sur façade) ou intérieures (installations le long des murs et des plinthes).
  •  

raccordement fibre optique dans maison individuelle et matériel de réseau FTTH utilisé

Dans le cas d’un raccordement d’une maison individuelle, le câblage optique horizontal est le seul type de câblage utilisé pour permettre l’accès aux réseaux ultrarapides. Ainsi, en partant d’un PBO monté en haut d’un poteau ou sur la façade d’un immeuble, les installateurs télécoms déploient un câble optique aérien de type LX030PU jusqu’à un point de transition optique extérieur-intérieur où ce câble FTTH extérieur sera raccordé à un câble optique intérieur de type LM1L. Pour les câbles à double peaux tels que le LM4, cette transition n’est pas nécessaire et le réseau peut être déployé sans discontinuité, car un seul câble peut servir tant pour les installations extérieures qu’intérieures. À l’intérieur de la maison, le câble optique de branchement intérieur finira sa course dans la PTO de l’abonné, où l’installateur télécom réalisera la terminaison de la fibre optique.

 

raccordement fibre optique dans immeuble et câbles FTTH utilisés

Dans le cas d’un raccordement optique d’immeuble, le câblage optique horizontal sera complété par un câblage optique vertical. Ainsi, d’un Point de Branchement Optique situé dans une chambre télécoms, des câbles optiques souterrains pourront être tirés jusqu’à l’entrée de l’immeuble ou, à l’intérieur d’un Point de Mutualisation Immeuble, le câble optique extérieur sera raccordé au câble colonne montante. Ce dernier permettra ensuite à chaque étage la ramification du réseau FTTH et l’installation jusqu’à l’abonné grâce à un câble optique de branchement intérieur.

 

 

 

  • Le câblage optique vertical. Ce type de câblage FTTH est utilisé dans les déploiements FTTH en immeuble. Le câblage optique vertical, aussi connu en tant que câble riser ou câble colonne montante, permet de faire le lien entre deux segments de câblage optique horizontaux. Ainsi, le câble riser est raccordé en amont au câble de distribution optique extérieur et en aval, au câble de branchement optique intérieur. La capacité d’un câble colonne montante doit être proportionnelle au nombre d’abonnés potentiels à raccorder. En effet, pour réduire le CAPEX et l’OPEX en se concentrant sur le déploiement d’une seule infrastructure à utiliser à long terme, un câble riser doit disposer d’une capacité suffisante pour permettre, si nécessaire, le raccordement de l’ensemble des résidents aux réseaux très hauts débits.

Le câble optique abonné : la qualité garantit la durabilité

 

Le câble optique abonné ou le cordon optique abonné est utilisé pour connecter la PTO à la box opérateur ou l’ONT. Dernier élément du réseau FTTH, mais pas des moindres, le câble abonné permet la terminaison du réseau d’accès. Équipé d’une connectique standard SC/APC, ce petit câble optique joue ainsi un rôle très important dans la transmission du signal optique. Pour minimiser l’impact sur le budget optique, il convient de choisir des cordons optiques abonnés de qualité, présentant de bonnes performances en termes de rayon de courbure permissible, résistance à la traction, résistance à la coupure, résistance aux impacts et à l’écrasement, ainsi qu’à la friction en conduite. En effet, même lorsqu’ils sont acheminés en goulotte et donc protégés, les câbles optiques abonnés restent néanmoins exposés à de nombreux risques sur une certaine longueur.

Pour les environnements d’installation présentant des risques accrus tels que les bâtiments de bureaux, centres de donnés et les applications industrielles, il existe des câbles d’abonné armé acier. Ces solutions de câblage optiques présentent une armure métallique sous la gaine extérieure. Celle-ci a le rôle de protéger davantage les modules et les fibres des forces de traction ou des impacts plus importants, sans pour autant faire de compromis sur la flexibilité du câblage.

solutions de câblage fibre optique pour le raccordement FTTH d'abonnés